Lire en septembre…

… et rassembler tous les titres lus en un texte, pas évident ! Mais je l’ai fait, comme chaque mois, et voici le résultat…

Les titres :

L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea (Romain Puertolas)  / Mont-Blanc (Fabio Viscogliosi) / Les séparées (Kathevane Davrichewy) / Esprit d’hiver (Laura Kasischke) / La servante du Seigneur (Jean-Louis Fournier) / Écrivains, éditeurs et autres animaux (Édouard Launet) / Dormir avec ceux qu’on aime (Gilles Leroy) / La mécanique du cœur (Mathias Malzieu) / Kinderzimmer (Valentine Goby)

… et le texte !

La première fois que je l’ai vue, c’était au Salon du Meuble de Berlin, juste devant l’espace Kinderzimmer. Elle prenait des notes, un Mont-Blanc à la main, en comparant les chambres doubles, les juxtaposées, les séparées. Dormir avec ceux qu’on aime, c’est important, m’a-t-elle dit, mais pas trop près, c’est mieux. Vous êtes mariée ? Mère de famille ? lui ai-je demandé. Oh non, mon frère, je suis La servante du Seigneur ; je réside au couvent voisin, mais ma sœur va avoir des jumeaux et je cherche un cadeau pour eux. J’ai senti un regret dans sa voix, comme habitée par un esprit d’hiver ; aussi ai-je voulu lui changer les idées en lui racontant l‘extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea ; mais manifestement écrivains, éditeurs et autres animaux ne l’intéressaient pas. J’ai stoppé là mes avances : la mécanique du cœur des nonnes est décidément trop mystérieuse, et imperméable à la poésie des mots !

Sans titre

 

Ce contenu a été publié dans Lectures, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *